Présentation du MIFA

Présentation du MIFA

Dans le Programme National de Développement (PND), le gouvernement a fait de l’agriculture un levier de création de richesses, d’emplois et de lutte contre la pauvreté. Cependant, ce secteur qui contribue à hauteur de 40% à la formation du PIB est faiblement financé par les banques et les systèmes de financement décentralisés (SFD). En effet, en 2017, seulement 0,2% des prêts bancaires et 10% de ceux des SFD ont été octroyés au secteur agricole. Cette situation est due à l’organisation des chaînes de valeur et des difficultés d’informations fiables et d’outils d’évaluation et d’analyse de risques du secteur dont ont besoin les institutions financières.

Pour l’amener à mieux jouer son rôle, le gouvernement a décidé de mettre en œuvre des mesures nécessaires en vue de réorganiser le secteur agricole avec un dispositif qui permettra de mobiliser suffisamment de ressources financières, techniques et humaines, notamment du privé, pour le développement de l’agriculture et l’agrobusiness.

C’est dans ce cadre que le Mécanisme Incitatif de Financement Agricole fondé sur le partage de risques (MIFA) a été créé par le décret N° 2018-090/PR du 25 avril 2018 comme un Etablissement Public à caractère Economique et Social (EPES).

Ce mécanisme innovant de financement du secteur agricole est fondé sur un changement de paradigme en partant des besoins ou du potentiel du marché pour organiser les chaines de valeur nécessaires à la satisfaction de ces besoins.

Un producteur de Tagnamboul couvert par une assurance grâce au MIFA

Pour assurer le maximum de financement au secteur agricole, le MIFA change également les règles du jeu. En effet, plutôt que l’Etat ne mette en place que des lignes de crédit à la disposition des banques pour l’octroi de crédits aux producteurs, comme c’est le cas aujourd’hui, le MIFA a une intervention globale en identifiant tous les acteurs de la chaine de valeur ainsi que les difficultés qui empêchent le secteur financier d’octroyer des prêts. Une réorganisation de tous les maillons de la chaine de valeur avec des solutions idoines aux difficultés identifiées permettra de rassurer chaque acteur et donc de mobiliser les ressources nécessaires au financement des chaines de valeur.

L’intervention de MIFA permettra donc de :

  • remédier à la fragmentation des chaines de valeur agricoles ;
  • promouvoir les produits financiers et assurantiels adaptés au secteur agricole ;
  • faciliter le partage des risques entre les différents acteurs du secteur agricole ;
  • fournir une assistance technique aux institutions financières, aux PME/PMI et aux producteurs agricoles ;
  • réduire le coût d’emprunt pour les agro-industries.

Les résultats attendus du mécanisme sont de:

  • faciliter l’octroi de prêts agricoles au sein des banques, grâce à l’amélioration de leur capacité d’analyse des projets agricoles à travers la mise en place de bureaux spécialisés en agriculture dans les banques dont le MIFA renforcera les capacités techniques.
  • accroître le volume des prêts au secteur agricole de 0,2% à 5 % du portefeuille total des prêts bancaires dans un délai de 10 ans ;
  • réduire le taux d’intérêt au seuil de rentabilité des banques pour les emprunteurs de 15 à 7,5 -10,5 %;
  • intensifier les prêts aux petits exploitants agricoles “regroupés en pools” pour atteindre 50 % du portefeuille total (typiquement, les banques n’atteignent pas ces producteurs individuellement mais par le biais de “pools”, c’est-à-dire au travers de médiateurs agrégés, tels que les structures de financement décentralisé (SFD) et les coopératives) ;
  • accompagner environ un (1) million de producteurs d’ici 3 ans grâce à des mécanismes de professionnalisation des chaînes de valeur et de mise en commun des SFD et des coopératives agricoles (emplois directs et indirects)
Open chat
En savoir plus
Powered by