Bassar, capitale de pesticides bio à base de neem grâce au MIFA

Bassar, capitale de pesticides bio à base de neem grâce au MIFA
31/01/2019 No Comments Actualités admin

Nous sommes à Bassar, ville touristique située à 396 km au nord ouest de Lomé, la capitale togolaise. Dans cette localité montagneuse, Razack Adjei a implanté depuis environ deux ans une usine de fabrication de pesticides biologiques à base de grains de neem. Kini, le produit final, est un pesticide destiné à lutter contre les ravageurs. Il s’utilise aussi comme appétant. C’est une aventure entrepreneuriale qui a commencé au début de l’année 2016 pour ce promoteur avec des moyens artisanaux. « J’ai commencé avec mes propres moyens financiers et matériels », rappelle – t – il.

« Comme moyens, il s’agissait d’un mortier que ma mère m’a fait parvenir pour préparer du foufou, l’igname pilée. Au début, nous avons essayé de collecter les grains au près des ruraux. C’était un peu pénible pour nous mais ce fut une belle manière de commencer », fait savoir Razack, ce jeune de moins de 40 ans et engagé pour révolutionner le monde agricole.

Mais en trois ans, le mortier a cédé sa place à des appareils mécaniques avec un élargissement de la clientèle et une définition de la stratégie commerciale. « Avec nos 13 potentiels clients, nous avons décidé de ne pas aller vendre au marché comme détaillant mais de desservir plutôt les grossistes. Cela a l’avantage de nous faire gagner du temps et de créer des emplois intermédiaires », explique Razack.

Responsable de la clientèle et du développement, c’est avec passion que Kolobh Djeth, un des trois employés permanents de l’entreprise, accomplit la mission qui lui incombe. Même engagement du côté de Mamah Nikabou, le responsable de la production qui a été recruté après un stage de trois mois. Deux autres agents saisonniers travaillent dans le secteur de la production.  

Lire aussi  Message de vœux du Ramadan du Directeur Général du MIFA SA à la population musulmane du Togo et d'ailleurs

Dans cette entreprise, Razack Adjei a désormais le soutien du gouvernement de la République Togolaise à travers le Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage de risques grâce à qui, il obtenu un financement bancaire pour soutenir le plan d’accroissement de sa production. Avec un pareil soutien qui s’annonce, le jeune promoteur nourrit de grandes ambitions. Il révèle : « Nous mettons en place avec le MIFA un système pour mieux stocker nos produits et en plus grande capacité… Comme perspective à moyen terme, nous avons un projet de reboisement de 30 hectares de neem pour mieux répondre aux besoins de notre production ». Ce projet s’impose non seulement par le souci de protection de l’environnement mais aussi parce que l’entreprise entend desservir très prochainement, au delà du territoire togolais, toute l’Afrique de l’ouest.

A propos de l'auteur

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Open chat
En savoir plus